•  

    La légende d'Azénor, de Brest à Porspoder 

    Château de Brest (photo ne m'appartenant pas)

     

    Cette magnifique forteresse témoigne entre autres de la puisssance des comtes de Léon jusqu'au milieu du XIVe siècle. Outre le donjon qui domine la Penfeld, de nombreuses tours et bastions érigés du XIIIe au XVIIe siècle composent les impressionnantes défenses de l'ouvrage. Relique du premier château féodal, la tour Azénor (XIIIe) rappelle la tragique histoire de la fille du comte Even. On dit en effet que c'est ici que la jeune femme aurait été injustement emprisonnée.

    Les faits se déroulèrent en 537. Epouse du comte Chunaire de Goëlo depuis à peine quelques mois, la jeune Azénor subissait continuellement les critiques acerbes de sa marâtre, la seconde femme de son père. Cette dernière ne manquait jamais une occasion de la calomnier et de porter le discrédit sur la nouvelle mariée. Elle fit tant et si bien qu'elle réussit à convaincre le comte de l'adultère de sa femme.

    Fou de jalousie et se croyant déshonoré, il la fit ramener chez son père et emprisonner dans la tour qui porte son nom. Même de là, les gens, émus, l'entendaient prier pour ses propres bourreaux. Selon la sentence prévue, elle devait être brûlée vive pour avoir pêché. Mais, le jour en question, le feu ne voulut pas prendre. Elle fut alors placée dans un tonneau qui fut jeté à la mer. On dit alors qu'un ange l'accompagna, la protégeant contre vents et marées.

    Elle accosta quelques mois plus tard sur la terre d'Irlande, ayant mis au monde un beau garçon qu'elle appela Budoc. Sa belle-mère, à l'approche de la mort, finit par avouer sa forfaiture. Le comte s'en alla alors par monts et par vaux, recherchant de pays en pays celle qu'il avait injustement condamnée. Débarquant en Irlande, il remarqua un jeune enfant, le vivant portrait d'AzénorCe dernier le mena alors à sa mère, devenue lavandière. Puis ils rentrèrent tous trois en Bretagne.

    La légende dit aussi, selon une autre version, que Budoc préféra consacrer sa vie à Dieu dans un monastère irlandais puis que, fuyant les honneurs, il gagna la Bretagne sur une auge de pierre. On raconte qu'il débarqua sur le littoral de Porspoder -L'église est d'ailleurs placée sous son patronage- puis qu'un an plus tard il exerça son patronage à Plourin.
    L'inspiration divine le mena ensuite jusqu'à Dol, où il tint une charge importante auprès de l'évêque Magloire pendant une vingtaine d'années.

     

    Voici ce que m'a inspirée cette légende, Azénor se cachant dans la forêt après avoir mis au monde Budoc.

     

    La légende d'Azénor


    3 commentaires
  •  

    Amis(es) du jour , bonjour !

     Résultat de recherche d'images pour "gif animé farfadet"

    Nous avons tous entendu parler dans notre enfance de lutins, de farfadets et autres créatures, gentilles ou maléfiques...

    mais que savons nous vraiment à leurs sujets ?

    Existent ils encore ou sont ils le fruit de l'imagination débordante des enfants ?

    en d'autres termes.... croyez vous à la magie ?

    voici quelques images illustrées nous racontant qui sont ces êtres mystérieux.

    ( ces images ne sont pas mes créations. )

     

     

     

     

     

     Mais qui sont ils ?

     

     Mais qui sont ils ?

     

     Mais qui sont ils ?

     

     Mais qui sont ils ?

     

     Mais qui sont ils ?

     Mais qui sont ils ?

     

     Résultat de recherche d'images pour "gif animé kenavo"


    8 commentaires
  •  

    TRISTAN ET YSEULT

    Résultat de recherche d'images pour "tristan et iseult peinture"

     

    LÉGENDE CELTIQUE, TRISTAN ET YSEULT A ÉTÉ ÉCRITE AU XIIE SIÈCLE. CETTE HISTOIRE PASSIONNÉE AU-DELÀ DE L’ADULTÈRE ET DE LA MORT, ENTRE FIDÉLITÉ À TOUTE ÉPREUVE ET GRANDS SENTIMENTS DE BRAVOURE, CARACTÉRISE L’EMPRISE FATALE DE L’AMOUR QUI SE RENFORCE MALGRÉ LES OBSTACLES.

     

     

    L’histoire se déroule en plusieurs lieux à travers les mers. Tristan, orphelin, a été élevé par Rohalt et Gorvenal son écuyer, dans la tradition des parfaits chevaliers et de leurs valeurs. Des années plus tard il rejoint son oncle Marc, roi de Cornouailles, frère de sa mère Blanche Fleur décédée en couche et devient son fidèle vassal. Le Roi d’Irlande exigeait alors du roi de Cornouailles un tribut auquel ce dernier ne voulait plus se soumettre. Pour ce faire, il envoie son preux chevalier Tristan, combattre en Irlande, le monstrueux Morholt, frère du maître des lieux.

    Après une rude bataille au cours de laquelle il prouve sa vaillance et son courage, Tristan blessé, tue le géant. Mais avant de mourir, ce dernier lui confie que seule, Yseult, la fille du roi d’Irlande, détient le pouvoir de guérir sa blessure. Il se rend auprès d’elle, qui le soigne, sans savoir qu’il est l’assassin de son puissant oncle. Puis il reprend la mer et retourne en Cornouailles.

    Il revient en vainqueur auprès de son oncle, qui souhaite en faire son successeur, mais les nobles s’y opposent, préférant une succession filiale. Le roi déclare alors qu’il épousera la jeune fille dont le cheveu doré a été rapporté par un oiseau. À la vue du cheveu, Tristan se rappelle la princesse Yseult et propose à son oncle d’aller conquérir la main de la jeune fille pour lui.

    Il brave alors tous les dangers, tuant un avide dragon qui terrorise le pays. Blessé il est, une fois de plus, accueilli par Yseult et sa mère qui le soignent, même si la princesse comprend que le valeureux chevalier Tristan est celui qui a tué son oncle. Il repart victorieux, avec l’accord du roi d’Irlande, pour la Bretagne en escortant Yseult, destinée à son roi.

    La reine d’Irlande a remis un philtre d’amour à la servante d’Yseult destiné à la nuit de noces de la princesse. Durant la traversée, Tristan pris d’une soif irrésistible boit le filtre d’amour et en offre à Yseult. Les jeunes gens essaient de lutter contre ce sentiment naissant, mais ils sont bien vite rattrapés par l’amour inconditionnel qu’ils se vouent.

    Résultat de recherche d'images pour "tristan et iseult peinture"

    Yseult épouse le roi Marc, mais tout les ramène l’un à l’autre. Ils se voient en secret puis s’enfuient et se cachent dans la forêt. Les années passent, le pouvoir du philtre s’amenuise, mais pas leur impossible amour. Un jour, le roi découvre les amants endormis, l’un près de l’autre, séparés seulement par l’épée de Tristan, signe qu’il prend pour de la chasteté. Au lieu de les tuer, il échange son épée contre celle de Tristan. Touchés par tant de gratitude, les amants décident alors de se séparer, et Tristan part, le cœur brisé pour la Bretagne.

    Il épouse sans amour une dame de Bretagne, mais son esprit tout entier est voué à Yseult. Il retourne en Cornouailles aussi souvent qu’il le peut afin de la retrouver secrètement. Les batailles font rage en ces temps, et Tristan blessé, envoie chercher Yseult, la seule personne au monde capable de le guérir. Il demande qu’une voile blanche soit hissée en haut du mat du bateau qui la ramènera, si elle accepte de le soigner. Les marins embarquent Yseult empressée de rejoindre son bien-aimé et dressent la voile blanche. Mais lorsque le bateau se rapproche des côtes, l’épouse jalouse de Tristan lui affirme que la voile est noire.

    Désespéré, Tristan se donne la mort en croyant qu’Yseult n’est pas venue à son secours. Lorsqu’elle arrive à son chevet, la tristesse l’emporte dans l’autre monde. Le roi Marc, digne et respectueux de cet amour contre lequel il ne put lutter, ramène les corps de son neveu et son épouse pour les enterrer côte à côte. La légende dit que durant la nuit, une ronce jaillit de la tombe de Tristan pour s’enfoncer dans celle d’Yseult. On eu beau la couper elle repoussait toutes les nuits. Le roi renonça alors à désunir ces deux êtres liés par un amour hors du temps.

    L’histoire de Tristan et Yseult qui a inspiré bien des poètes cristallise la magie d’un amour renforcé par l’adultère et qui subsiste après la mort des amants, indestructible.

    J’ignore si la vie est plus grande que la mort, mais l’amour est plus grand que les deux.

     Résultat de recherche d'images pour "tristan et iseult peinture"

    Après avoir eu le plaisir de vous conter la célèbre légende de Tristan et Yseult,

    aussi à travers quelques très belles peintures, je vous propose

    ma version , j'ai tubé moi même les personnages comme presque tous les personnages des créations de ce blog.

     

    TRISTAN ET YSEULT

     

    la chanson de la comédie musicale

     


    5 commentaires
  •  musique pour lire la légende

     

    LE DRAGON DE L'ELORNLA LEGENDE DU DRAGON DE L'ELORN LE DRAGON DE L'ELORN

    LE DRAGON DE L'ELORN

    Deux chevaliers, Neventorius et Derrien, chevauchaient le long de la rivière de Dour-Doun, entre Pont-Christ et le château de Roch Morvan, dont les ruines imposantes se voient encore, à côté d'une délicieuse église, toute proche de la station même de la Roche-Maurice, un peu avant d'arriver à Landerneau. 

    Tout à coup, Neventorius et Derrien aperçurent, entre les créneaux des tours, le seigneur de Roch-Morvan qui se nommait Elorn. Ils le virent enjamber le parapet et se précipiter dans la rivière qui coulait au pied même du rocher, sur lequel était bâti son castel. C'est depuis que cette rivière a changé son nom de Dour-Doun (eau profonde) pour celui d'Elorn. 

    Les deux chevaliers, à toute bride, se portèrent au secours du malheureux seigneur. Ils le tirèrent, quelque peu blessé, hors de l'eau et le transportèrent dans sa demeure. 

    Neventorius demanda à Elorn les causes de son acte désespéré et celui-ci lui répondit : 
    - Sachez, chevalier, que tout près de chez moi gîte un épouvantable dragon qui dévore gens et bêtes. Dès que la faim le fait sortir de son repaire, il cause dans le pays des ravages irréparables. Or, le roi Bristokus, mon suzerain, a, par édit, décidé que, chaque mercredi, on demanderait au sort de choisir, parmi les seigneurs du Léon, celui qui devra envoyer un homme pour être dévoré par cette cruelle bête, ou y aller lui-même. Or, ce sort est tombé sur moi tant de fois que j'ai livré tout mon monde. Il ne reste plus que ma femme que voici et mon fils, Riek, ce petit enfant qu'elle tient entre ses bras, âgé seulement de deux ans, que le sort vient de désigner. Je préfère me noyer que de le livrer à une mort aussi terrible. 

    Le seigneur Elorn était païen. Neventorius et Derrien lui promirent, s'il se convertissait et s'engageait à construire une église sur ses terres, qu'ils le délivreraient à tout jamais de son dangereux voisin. Elorn leur donna l'assurance qu'il se sentait tout prêt à partager leur foi. 

    Les deux chevaliers se rendirent à la caverne du dragon. Ils lui firent, au nom du Christ, commandement de paraître. Le monstre sortit et son sifflement effroyable jeta l'épouvante parmi les assistants. Il était long de cinq toises et gros par le corps comme un cheval ; sa tête ressemblait à celle d'un coq gigantesque, son corps était cuirassé de dures écailles qui se hérissaient, sa gueule s'ouvrait si grande que, d'une seule bouchée, il avalait une brebis, ses yeux lançaient des éclairs qui tuaient les oiseaux et les enfants. A sa vue, Derrien mit pied à terre. Son cheval, pris de peur, s'échappa et courut à toute bride à travers le pays. 

    Neventorius et Derrien, sans hésiter, s'avancèrent au devant du dragon qui, n'osant plus bouger, se laissa approcher et passer un licol. L'enfant Riek le prit alors par la bride et le conduisit au château. 

    Les chevaliers et le comte Elorn se rendirent chez le roi Bristokus avec leur capture, puis à Tolente où habitait le prince Jugomus, et, enfin en un hâvre voisin où leur navire se trouvait à l'ancre. Là, ils commandèrent au dragon de se jeter à la mer. Ce qu'il fit. Depuis ce port s'est appelé Poulbeunzual, c'est-à-dire port où fut noyé la bête, nom qu'il porte encore, en la commune de Plounéour-Trez, située dans le nord Finistère, à coté de Brignogan plage...

    Voici mon interprétation de cette jolie légende :

     

    LE DRAGON DE L'ELORN

     

    L'Elorn, de nos jours...

    LE DRAGON DE L'ELORN 


    6 commentaires
  • Excalibur 

    ExcaliburEXCALIBUR Excalibur

    Excalibur

     Petite musique pour accompagner la lecture ;)

     

    Excalibur est une épée magique. Son nom signifie "dure entaille"ou "Foudre violente".
    Elle est offerte par Merlin l'Enchanteur au roi Uther Pendragon, pour qu'il parvienne à unifier les peuples. Mais la passion qu'Uther Pendragon voue à Ygraine met fin aux espoirs de paix de Merlin.

    L'Enchanteur permet alors à Uther de passer une nuit avec Ygraine et demande en échange l'enfant issu du fruit de leurs amours. Il pense trouver en lui l'Élu capable d'unifier les peuples, puisqu'Uther a perdu la confiance de son peuple.

    Arthur fût donc confié bébé à Merlin qui chargea Antor, l'homme de confiance d'Uter Pendragon et père de Keu, de l'élever.

    Keu devint dès l'enfance le premier compagnon de jeux d'Arthur, et malgré sa violence et son manque de courtoisie, il fût toléré à la cour comme frère de lait du Roi Arthur. 

    Avant de mourir lors d'un traquenard, Uther Pendragon planta Excalibur dans un rocher. L'épée ne pourra être libérée que par la main de l'Élu.

    Lors d'un tournoi, Antor demanda à Arthur d'aller chercher son épée restée sous sa tente, mais celle-ci avait été volée. Le jeune Arthur ne voulant pas revenir sans arme, vit une épée plantée dans un rocher et l'ôta.

    Or cette épée était Excalibur, l'épée magique. 


    Elle ne pouvait être ôtée du rocher que par celui qui deviendrait le futur Roi. Personne avant le jeune Arthur n'avait réussit.
    Arthur obtint donc son trône en tirant l'épée du rocher. Cet acte ne pouvait être effectué que par le roi choisi par les Dieux. Excalibur pouvait trancher n'importe quoi, et sa gaine rendait son porteur invincible. 

    Dans d'autres récits, Excalibur sort d'un lac portée par une main, et est remise à Arthur par Viviane, la Dame du Lac, une sorcière. 
    Lors d'un séjour dans la forêt de Brocéliande (forêt située dans le département de l'Ille-et-Vilaine en Bretagne à environ 30 km au sud-ouest de Rennes), Merlin rencontra cette jeune femme dont il tomba éperdument amoureux.
    Par amour, il lui dévoila bon nombre de secrets, dont celui de garder un homme à tout jamais. Merlin connaissait pertinemment les intentions de Viviane mais lui enseigna tout de même cette formule. Viviane traça alors autour de Merlin, alors qu'il dormait, les 9 cercles, et l'enferma à tout jamais dans une autre dimension, afin de conserver à jamais son amant.
    De fait, Merlin vit toujours, caché quelque part au coeur de cette sombre et majestueuse forêt de Brocéliande. 
    Merlin lui construisit aussi un château sous un lac et Viviane sera connue sous le nom de la Dame du Lac. elle "découvrit" un bébé dans un berceau et l'emmena avec elle dans son château où elle l'éleva. 
    Ce bébé est celui que l'on connaîtra plus tard sous le nom de Lancelot du lac et qui deviendra chevalier à la cour du Roi Arthur.

     Cette histoire m'a inspirée cette création, avec Viviane, la dame du Lac...

    Excalibur


    10 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique